Morpheus n° 34

 

Frédéric Morin - Morpheus n° 34, juillet-août 2009

MORPHEUS N° 34 de juillet 2009

Virus H1N1, la grande imposture !

Trente fabricants de vaccins dont Novartis, Sanofi, Solvay, GSK se sont réunis à Genève sous l'égide de l'OMS.

L'objectif affiché est clair : produire 4,9 milliards de doses vaccinales contre le H1N1. De telles dispositions face à la grippe A ne se justifient pas, dans la mesure où ce virus grippal n'est pas plus virulent qu'une grippe classique.

La couverture médiatique de cette pandémie est affligeante, le passage au niveau d'alerte 4, 5 puis 6 est tout aussi ridicule.

Alors s'agit-il seulement d'une affaire de restructuration du monopole mondial de la santé ?

S'agit-il de sauver financièrement des groupes destinés à se partager le gâteau mondial de la Santé du « Nouvel Ordre Mondial » ?

Les milliers de milliards destinés à ces groupes pharmaceutiques sont ponctionnés sur le budget des états et les contribuables vont en être pour leur frais économiquement et peut-être aussi sanitairement.

*Adjuvant MF59 et Commutation :

*Les nouveaux vaccins auront comme adjuvant du MF59, dont des études récentes révèlent qu'il provoque des maladies auto-immunes chez le rat (type sclérose en plaques, lupus, arthrite).

Ce fait est d'autant plus grave que nous allons aussi être confrontés au phénomène de commutation du virus.

La commutation désigne le passage du patrimoine génétique d'un virus mort ou atténué, à des cellules saines qui peuvent alors reproduire une forme virale mutante plus virulente et tueuse.

Ce phénomène est reconnu par de plus en plus de médecins et chercheurs.

Les antiviraux accentuent également les processus de commutation, accélérant la mutation des virus.

En vaccinant et en utilisant par exemple du Tamiflu, vous avez une formule explosive qui fait de votre corps un véritable incubateur.

Le virus atténué du vaccin transmet son patrimoine génétique à des cellules saines.

Cette commutation est favorisée par les antiviraux. Pire encore, l'adjuvant MF59 créant des déficiences immunitaires, il amène le vacciné à ne plus pouvoir lutter contre un virus mutant.

Nous avons là, avec les directives de l'OMS, la mise en place de dispositions sanitaires qui, loin d'endiguer une pandémie, risquent au contraire, d'en provoquer une.

Les remèdes employés sont si mutagènes et si déstabilisants pour le système immunitaire, qu'ils vont produire des souches virales mutantes non contrôlées et non contrôlables.

Si ce programme est appliqué à la lettre attendez vous à des grippes B, C, D jusqu'à Z.

Comme d'habitude, les autorités sanitaires justifieront la vaccination systématique par les conséquences même de cette vaccination.

Nous aurons alors, comme en 1918, lors de la grippe espagnole, une pandémie dont la source viendra des vaccinés même.

Justifier une politique sanitaire par les conséquences désastreuses de cette même politique est malheureusement courant.

Mais tous les individus de cette planète ne sont pas obligés de marcher sur la tête, surtout quand l'enjeu est leur survie...

 

 
 
 
 
 
 
A votre santé... Grippe porcine H1N1, prévention, santé, vaccins